On trouve déjà tout ce qu’il faut sur les Flammes jumelles : vidéos, livres, articles, conférences… Je n’ai donc rien de bien nouveau à vous apprendre. La seule chose sur laquelle il est bon de revenir, en tant que thérapeute, c’est sur la nécessité du travail sur soi.

Avant d’être une histoire d’amour romantique, fusionnelle et forte, la Flamme jumelle vous invite à vous recentrer sur vous. C’est avant tout une réunion et une rencontre avec vous-même qui sont proposées dans ce parcours : votre Autre saura tout faire, inconsciemment, pour pointer du doigt vos blessures les plus profondes. Ce n’est pas pour s’amuser, c’est pour vous interpeller : il est nécessaire de se guérir, de se libérer, de pardonner, d’évoluer et de grandir.

La grande difficulté que rencontrent les personnes qui sont dans ce parcours, c’est souvent de se mettre au travail. On ressasse, on analyse, on intellectualise les moindres faits et gestes de l’autre, on tente de comprendre, de gérer nos blessures et nos émotions. Mais à un moment, l’univers vous pousse de plus en plus : on ne peut pas tourner autour du pot éternellement sinon les blessures se réactiveront toujours plus.

Alors on dit qu’il faut se mettre au travail et bien souvent, cette notion paraît un peu floue : que faire ? Puis-je faire ça seul ? Il y a bien entendu certaines choses que nous pouvons apprendre à gérer seul mais souvent, notre ego et notre mental nous empêchent de gérer seul le travail. C’est tout l’intérêt de l’accompagnement thérapeutique : ensemble, nous pourrons identifier des pistes de travail, vous libérer de vos blessures de l’âme efficacement (grâce à l’hypnose), vous libérer de vos croyances limitantes profondes (grâce à l’E.F.T. notamment), et travailler sur des prises de conscience, et tout un tas d’autres choses (voir Les séances).